Gestes écologiques

   

Dépôt sauvage interdit

Les dépôts sauvages d’ordures sont interdits depuis la loi du 15 juillet 1975, soit depuis plus de 30 ans… Et pourtant, abandonner un réfrigérateur usagé au coin d’une forêt ou dans une rivière est une attitude encore fréquente. Ces déchets encombrants, qui peuvent contenir des matières dangereuses, polluent les sols, les eaux et l’air, et enlaidissent les paysages.
Si vous constatez le développement d’un dépôt sauvage, vous pouvez rassembler les informations sur sa situation, l’environnement naturel et le type de déchets, et en informer le maire de la commune . il dispose des moyens juridiques pour faire disparaître le dépôt sauvage, même sur une propriété privée. Si ces démarches n’aboutissent pas, vous pouvez saisir le préfet.

www.journaldelenvironenment.net

Pas de décapants chimiques dans les canalisations

Concernant les produits chimiques, les études ne répondent jamais à des questions pourtant cruciales : quid de l'effet cocktail de ces multiples substances côtoyées au quotidien ? Et de leurs conséquences sur des organismes immatures (foetus, enfant) et à des stades cruciaux de leur croissance ? Les produits chimiques sont ainsi fortement suspectés  d'affecter la santé (asthmes, allergies, cancers, baisse de la fertilité) et l'environnement : ils perturbent la reproduction de certaines espèces, tuent la vie aquatique, polluent l'air et les sols...
Evitez les produits d'entretien les plus toxiques! Démontez le siphon du lavabo bouché est souvent la solution la plus efficace et la moins chère. De même, l'inusable ventouse est votre alliée obligée ! Pour les cas les plus problématiques, remplacez les déboucheurs toxiques par un mélange d'eau bouillante, de bicarbonate de soude et de vinaigre. Et remplacez le décapant ménager pour fours par une solution d'eau et de bicarbonate de soude, moins toxique et aussi efficace.

 

Des nettoyants biodégradables

Au supermarché du coin, nous pouvons acheter des acides, des phénols, des dérivés de pétrole, des solutions corrosives, du chlore et tout un arsenal de produits toxiques supposés nécessaires - la publicité nous en a convaincus - pour garder nos logements propres. Si seulement un français sur dix réduisait d'un quart sa consommation de produits dangereux, notre environnement se verrait allégé, chaque année, de plus de 4 000 tonnes de produits nocifs...
Réduisez les doses utilisées, préférez les "recettes de grand-mère" et privilégiez des nettoyants ménagers écologiques et biodégradables, notamment des produits portant l'écolabel européen, exempts des substances les plus dangereuses. Vous contribuerez à préserver la qualité des sols, de l'air et de l'eau... et donc de votre santé.

Réduire sa consommation de papier

L'Europa, le Japon et l'Amérique du Nord ne représentent que 20% de la population mondiale, mais engloutissent 63% du papier et du carton fabriqués dans le monde ! La consommation de ces produits ne cesse de croître : les pays riches en absorbent trois fois plus aujourd'hui que dans les années 1960 ! Et au cours de la prochaine décennie, le volume mondial pourrait encore augmenter de 40 %.
Pour ne pas contribuer à la surconsommation mondiale, modérez votre usage de papier: n'imprimez vos mails que si cela est vraiment nécessaire, privilégiez les photocopies recto-verso, et ne commandez plus ni carnet de note ni post-it. Prenez plutôt les feuilles qui ont été utilisées que d'un côté et reliez-les.

 

Des pneus bien gonflés

Un bon gonflage ralenti l'usure des pneus et rallonge leur durée de vie. Cela évite une dépense conséquente (un pneu neuf coûte cher) et permet une économie de matière première précieuse : il faut 50 litres de pétrole pour fabriquer un pneu. Des pneus sous-gonflés entraînent également une augmentation de la dépense de carburant pouvant atteindre 10%. Si un européen sur deux gonflait mieux ses pneus, plus d'un million de litres de pétrole seraient économisés toutes les heures.
Veillez à maintenir les pneus de votre voiture à la pression recommandée par le fabricant. En la surveillant, non seulement vous réduirez votre impact sur l'environnement, mais vous pourrez économiser 2 € en moyenne à chaque plein. Il en va également de votre sécurité.

Débrancher les appareils inutiles

En mars 2002, un iceberg de 3 250 km2 (une fois et demie la superficie du Luxembourg) s'est détaché de l'Antarctique. La même année, les habitants de l'archipel des Tuvalu, en Micronésie, ont commencé à évacuer leurs îles menacées par la montée des eaux. Pour ralentir le réchauffement et l'élévation du niveau de la mer,  il faut réduire rapidement, et largement, nos émissions mondiales de gaz à effet de serre. D'autant que ces gaz déjà présents dans l'atmosphère vont continuer à agir pendant une centaine d'années. Un réchauffement climatique aura donc lieu : à nous de le minimiser autant que possible.
Multiplier les petits riens : en débranchant votre chargeur de téléphone une fois la batterie rechargée, vous limiterez sa consommation d'énergie.  Vous pouvez aussi débrancher le fer lorsqu'il reste un ou deux vêtements à repasser : la chaleur résiduelle suffit pour les repasser. Et une cafetière allumée toute la journée consomme autant d'énergie qu'il en faut pour faire 12 tasses de café. Que perd-on à l'éteindre ?

 

Privilégier les engrais naturels

L'utilisation excessive d'engrais chimiques azotés contribue à la pollution des eaux par les nitrates. Très solubles, ils sont facilement entraînés par les pluies jusqu'aux rivières et aux nappes souterraines. Les nitrates participent à l'eutrophisation des cours d'eau : ils enrichissent excessivement le milieu, les algues prolifèrent, consomment l'oxygène disponible et asphyxient toute vie. Dans les nappes, la présence massive de nitrates compromet l'approvisionnement en eau potable.
Dans votre jardin, préférez l'utilisation (modérée) d'engrais naturels (poudre de roche, poudre d'os, cendre de bois), et employer du compost élaboré à partir de déchets organiques, pour améliorer naturellement, efficacement et durablement la structure du sol et la fertilité.

Bien gérer le réfrigérateur

Chaque année, l'ensemble des réfrigérateurs et congélateurs de France consomment deux fois plus d'électricité que l'ensemble du réseau TGV! La production de froid nécessite en effet énormément d'énergie : elle représente à elle seule, pour un ménage bien équipé, un tiers de la consommation d'électricité ( 20% pour le congélateur et 12 % pour le réfrigérateur).
Pour ne pas augmenter inutilement cette consommation déjà importante, refermez la porte aussitôt après vous être servi dans me réfrigérateur. Pensez aussi que mieux celui-ci sera rangé, moins la porte restera ouverte...
Et choisissez ce que vous allez y prendre avant d'ouvrir la porte!

 

Eveiller les enfants à la nature

La nature nous offre, à tout instant, une multitude de biens et de services gratuits: air respirable, climat propice, nourriture, eau douce, remèdes médicinaux, ressources énergétiques, pollinisation naturelle des plantes par des espèces sauvages, ect. En somme, toute l'etendue de la dépendance de l'homme envers Dame Nature. Une dépendance qui devrait nous inciter à respecter davantage le vivant dans toutes ses dimensions, car l'avenir de notre espèce en dépend.
Pour avoir envie de protéger, il faut d'abord connaître. Proposez à vos enfants des sorties "nature": jardins botaniques,maison de l'environnement, sites naturels, randonnées et autres activités de plein air. Equipez-les de jumelles, loupe, carnet, crayon. Et complétez avec quelques livres, guides naturalistes, CD-Rom... En leur  transmettant connaissances et passion, vous favoriserez leur prise de conscience. Et vous en apprendrez certainement beaucoup vous-même.

Pas de déchets dans la nature

Certains déchets sont biodégradables, c'est-à-dire qu'ils se décomposent grâce à d'autres organismes vivants dans la nature. Il n'en reste pas moins que, si tout le monde jette sa pelure de banane au même endroit, on obtient un dépotoir nauséabond. Rappelez-vous qu'abandonnés dans l'environnement, un Kleenex met 3 mois à se dégrader, un ticket de bus 4 mois, un chewing-gum 5 ans, une canette de soda ou une boîte de conserve 10 ans, une bouteille plastique au moins 100 ans, et une bouteille en verre plusieurs siècles...
N'abandonnez pas vos déchets, ramenez-les toujours avec vous pour les jeter dans une poubelle.

 

Le covoiturage

Si nous ne parvenons pas à maîtriser le changement climatique, dont nous sommes responsables par nos activités et notre mode de vie, le climat de demain sera différent. Plusieurs manifestations sont déjà observables. Depuis 1989, le Kilimandjaro a perdu un tiers de son manteau neigeux et pourrait s'en retrouver totalement dépourvu dans quinze ans. Le glacier péruvien de Qori Kalis, qui a reculé de 4,70 m par an depuis les années 1960, régresse désormais d'autant chaque semaine.
En ville, plus de 80% des voitures transportent leur seul conducteur et près d'un tiers du carburant est employé... à rester sur place (embouteillages, feux rouges...)! Pensez au covoiturage avec vos voisins, vos collègues: vous réduirez votre consommation de carburant, l'usure de votre voiture, l'encombrement de la chaussée et le changement climatique.

Biner pour mieux arroser

Les besoins mondiaux en eau  augmentant plus vite que la population de la planète. Depuis 1990, la population a triplé, mais la consommation mondiale d'eau a été multipliée par sept. Nos besoins ne cessent de croître: nos modes de vie sont en cause, tant par nos moyens de production gourmands en eau, que par nos modes de consommation. Il n'existe pas de petites économies lorsqu'il s'agit d'une ressource aussi essentielle que l'eau.
Binez! Pour certains jardiniers, un binage revient à deux arrosages... Une économie non négligeable, lorsque l'on garde à l'esprit que l'arrosage du jardin emploie environ 200 litres d'eau, soit l'équivalent d'un bain.

 

Des lessives efficaces à 30° C

Si l'on utilisait les meilleures technologies disponibles dans l'habitat, l'alimentation et les services, notre facture énergétique globale pourrait être divisée par deux. De plus, grâce au soleil, au vent, aux rivières, à la chaleur de la Terre, l'homme sait obtenir des énergies renouvelables, ni polluantes, ni émettrices de déchets susceptibles de menacer l'avenir de la planètes et des générations futures.
N'oublions pas que l'énergie la moins polluante reste... celle dont on ne se sert pas. Des économies d'énergies sont possibles partout. Les progrès technologiques des lave-linge associés aux lessives modernes, étudiées pour être efficaces contre la saleté dès 30°C, vous permettent d'abandonner les lavages à 90°C pour leur préférer les programmes à basse température. En effet, un cycle à 40°C consomme trois fois moins d'électricité qu'un lavage à 90°C. De plus, les lave-linge actuels, très performants, vous permettent d'économiser 15% d'énergie en évitant le prélavage.

Le plastique c'est pathétique !

Les trois quart des détritus souillant les mers proviennent de la terre. Parmi eux, les sacs plastiques, les préservatifs, les bagues en plastiques souples qui permettent de solidariser les packs de canettes... sont fréquemment abandonnés sur les plages. Apparemment inoffensifs, ils deviennent une arme redoutable pour la faune aquatique lorsqu'ils flottent au large : phoques, dauphins et oiseaux marins s'y emprisonnent ou les avalent et s'étouffent.
Le plastique met 100 à 500 ans pour se dégrader. Ne le laisser pas atteindre la mer. N'abandonner rien derrière vous sur les plages et ne jeter rien par-dessus bord : les petits déchets font les grandes poubelles.

 

Une douche rapide et économique

Dans notre partie du monde, riche et développée, les structures sanitaires et d'assainissement abondent. Mais plus du tiers de l'humanité ne dispose pas de telles structures. On estime ainsi que la moitié des lits d'hôpitaux du monde est occupée par des patients qui souffrent de maladies véhiculées par l'eau. 2,2 millions de personnes, dont 1,5 millions d'enfants de moins de 5 ans, meurent chaque année de typhoïde, choléra, hépatite, dysenterie... cela représente plus de quatre fois le nombre de décès occasionnés par des conflits mondiaux.
Pour modérer votre consommation, préférez une douche rapide (entre 25 et 81 litres d'eau) à un bain (200 à 250 litres d'eau). Si vous choisissez de prendre un bain, pensez à en faire profitez un autre membre de votre famille après vous, tant que l'eau est chaude.

Le recyclage du verre

Le recyclage du verre permet de limiter le prélèvement de matière première (le sable), dans l'environnement naturel. Il réduit aussi le volume des déchets d'emballages ménagers incinérés ou mis en décharge. Enfin, la température de fonte du verre recyclé est inférieure à celle des matières premières, et réclame donc moins d'énergie.
Pas moins de 3 millions de tonnes d'emballages en verre sont commercialisés chaque année en France :  vous pouvez faciliter et améliorer le recyclage du verre en débarrassant les bouteilles et bocaux de leurs bouchons, capsules et bagues en liège, plastique ou métal. Par contre, vitres, ampoules, miroirs, Pyrex, porcelaine et vaisselle sont des déchets non recyclables.

 

Les batteries usagées à la déchetterie

Les batteries utilisées pour le démarrage des automobiles sont des accumulateurs rechargeables élaborés à base de plomb et d'acide. Ces constituants sont extrêmement toxiques pour l'environnement. Or, un million de batteries sont abandonnées dans la nature chaque année. En s'accumulant dans les organismes vivants, leurs composés toxiques (plus particulièrement les métaux lourds), se retrouvent dans la chaîne alimentaire, depuis les petits organismes aquatiques, en passant par les poissons, les cétacés ..., juqu'à nous.
Les batteries usagées nécessitent un traitement particulier. Leur acide est enlevé et leur plomb recyclé pour d'autres batteries. En France, environ 75 % des
520 000 batteries de voitures collectées en 2005 ont été recyclées. Pour que votre batterie soit elle aussi recyclée, déposez-la dans le conteneuradéquat disposé à la déchetterie ou chez un revendeur de batterie (garagiste, grande surface, revendeur de pièces automobiles) qui la reprendra sans aucune obligation d'achat de votre part.

Fermer le robinet

Les réserves naturelles d'eau douce ne sont pas extensibles, et nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre à devoir les partager... Si l'on plaçait toute l'eau de mer dans un grand seau, l'eau douce gelée qui se trouvent aux pôles et dans les glaciers remplirait une tasse à café, et toute l'eau douce disponible pour l'homme (lacs, rivières, nappes phréatiques) tiendrait dans... une petite cuillère.
Fermer le robinet pendant les trois minutes où vous vous brossez les dents : cela permet d'économiser 18 litres d'eau (l'équivalent de 12 bouteilles). C'est déjà plus que ce dont un Kenyan se contente pour toute une journée.

www.ifen.fr

 

L'étiquette énergie pour votre électroménager

La consommation électrique des appareils électroménagers peut varier du simple au quintuple, selon les modèles. L'étiquette énergie, obligatoire dans les magasins d'électroménager, classe les appareils de A à G en fonction des performances du modèle : consommation annuelle d'électricité, efficacité énergétique, mais aussi capacité, niveau de bruit, consommation d'eau pour un lave-linge, etc. Elle vous guide ainsi pour vous permettre de réaliser des économies.
Lorsque vous renouvelez un appareil, souciez-vous de sa consommation, votre facture s'en verra allégée. Prenez le temps de lire les étiquettes énergie et achetez en conséquence : privilégiez les appareils classés A, A +, voire A ++ ! Vous consommerez 3 fois moins d'énergie qu'avec un appareil de classe C. Si vous ne les trouvez pas, réclamez-les.

Un démarrage en douceur

L'un des gaz à effet de serre qui contribue le plus au réchauffement climatique est le dioxyde de carbone (CO2). Depuis 1900, sa production a été multipliée par douze en raison de la consommation croissante de charbon, de pétrole et de gaz, et sa concentration atmosphérique est au niveau le plus élevé depuis 20 millions d'années.
Au démarrage, il est inutile de faire tourner votre moteur à l'arrêt pour le "faire chauffer". Roulez plutôt en douceur durant 5 km, votre moteur montera en température tout en évitant de polluer, d'émettre du CO2 et de consommer du carburant inutilement.

 

Economiser l'eau chaude

Que ce soit pour les appreils éléctroménagers (lave-linge, lave-vaisselle, chauffe-eau...), l'hygiène (douche, bain, se laver les mains...) ou la consommation alimentaire, le chauffage est un poste important de consommation d'énergie dans les foyers. Une étude britannique a calculé que si tous les Anglais, grands buveurs de thé, ne chauffaient que la juste quantité d'eau pendant une seule journée, l'énergie ainsi épargnée permettrait d'éclairer tous les réverbères du pays durant la nuit suivante.
Lorsqu'il vous arrive de faire chauffer de l'eau pour vous servir un thé ou une boisson chaude instantanée, efforcez-vous de ne chauffer que la quantité d'eau nécessaire (ou mettez le surplus dans une bouteille Termos qui conservera l'eau bien chaude).

Pas de lumière inutile

L'effet de serre est un phénomène naturel qui assure sur Terre une température propice à la vie. Sans cela, il ferait en moyenne -18°C... Mais, en excès, il entraîne un réchauffement global du climat. Le lien entre la combustion d'énergie fossiles (pétrole, gaz, charbon) et l'augmentation de l'effet de serre est aujourd'hui une évidence. En effet, en un siècle, la demande mondiale en énergie (pour l'électricité, le chauffage, les transports...) a été multiplié par treize.
Eteignez systématiquement les lumières inutiles, surtout quand vous quittez une pièce, et privilégiez la lumière du jour. Moins d'électricité consommée, c'est moins d'énergie à produire donc moins de gaz à effet de serres rejetés dans l'atmosphère.

www.ademe.fr

 

Bien trier

Aucun logo ne vous indiquera ce qui est recyclable ou pas, car la France n'a pas de politique nationale concernant le déchets. Ainsi, une commune peut disposer d'une poubelle jaune pour les emballages et une verte pour le verre, tandis que, dans la commune voisine, il existera 4 poubelles différentes, donc aucune ne prendra les emballages en plastiques... De même, les collectes de déchets encombrants varient selon les services en place.
Si vous avez une hésitation et que personne ne peut vous renseigner, jetez le déchet douteux avec les non recyclables :  les erreurs (ou incivilités) compliquent la tâche du centre de tri. Si l etri n'est pas suffisamment performant dans votre commune, pensez aux déchetteries qui disposent de tous les conteneurs adéquats.

www.ecoemballages.fr

Economiser l'eau de la chasse d'eau

Au Japon, dans certains immeubles, des équipements permettent de récupérer les eaux usées, issues de la douche ou de la vaisselle, pour les utiliser une seconde fois dans les chasses d'eau avant de les évacuer. Un système aussi sensé qu'ingénieux. Pourtant, il n'a pas encore fait son apparition chez nous, où les toilettes sont alimentées en eau potable. Un luxe aussi inutile que stupide : 26 % de l'eau potable consommée par nos foyers y transite...
En plaçant une brique ou une bouteille pleine de sable, par exemple, dans le réservoir des toilettes, vous réduirez le volume évacué à chaque utilisation et pourrez épargner jusqu'à 4 000 litres d'eau par an. Et il ne vous coûtera pas bien cher (à partir d'une dizaine d'euros) de changer votre chasse d'eau par un système à double poussoir : le petit bouton permet l'évacuation de toutes les petites commissions avec moitié moins d'eau !

www.aquafrance.fr ou www.econology.fr


Baisser le chauffage

L'habitat est l'une des sources principales des émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique. Ces gaz à effet de serre sont liés à notre consommation d'énergie. Les deux tiers de l'énergie consommé dans l'habitat servent à l'eau chaude et au chauffage. Nos logements sont souvent surchauffés, alors que la température de la salle de séjour est idéale à 20°C, et les chambres sont plus saines à 18°C.
Chaque degré supplémentaire de chaleur occasionne 7 à 11°C d'énergie consommé en plus (selon l'isolation). Alors n'en abusez pas, ne chauffez que les pièces habitées, et portez un pull-over supplémentaire plutôt que de monter la température.

www.ademe.fr