Savoir-faire et tradition

Traditionnellement tournée vers l’avenir, l’économie mortuacienne aborde avec confiance le XXIème siècle. La dimension humaine de la ville, dans laquelle tout est fait pour l’épanouissement de la personne, devient son meilleur vecteur d’expansion.

CULTURE DE PRÉCISION
Reculer sans cesse les limites des technologies liées à l’infiniment petit semble être la mission historique assignée à la ville de Morteau. Hier, l’ingéniosité des artisans forgeait une image européenne d’orfèvre en matière d’horlogère. Aujourd’hui, grâce à son esprit d’entreprise et à son intimité séculaire avec les rouages du temps, la ville s’est ouverte sur la « Route des Microtechniques », espace vivant de coopérations et d’échanges entre la France et la Suisse. Avec un tissu dense de petites entreprises innovantes qui, pour beaucoup, contribuent à accélérer les performances actuelles du monde industriel et du secteur de pointe, Morteau peut regarder l’avenir avec sérénité.

 
 

PAYS DU BON GOUT
L’exploration du savoir-vivre des mortuaciens serait incomplète sans un avant-goût de ses spécialités culinaires. Dans le sucré comme dans le salé, la localité dispose d’ambassadeurs pour qui la vie de « palais » est un quotidien. La « Belle de Morteau », le Comté, le chocolat et le sirop signent l’excellence d’un terroir unique. En réalité, la « Belle de Morteau » est une saucisse qui régale depuis des siècles le palais des gastronomes. Traditionnellement fumée aux essences de sapins et d’épicéas, dans des cheminées pyramidales (le tuyé), la saucisse de Morteau appartient à la gastronomie des gourmets autant que des gourmands. Quant au Comté, au chocolat eu au sirop, ils représentent depuis des décennies les valeurs d’authenticité et la palette des saveurs toujours exhaussées. D’un artisanat de haute tradition à une activité agro-alimentaire performante, il n’y a que le pas de l’adaptation que Morteau a toujours su franchir avec un sens inné.